QUATRIEME PARTIE APPENDICES ET INDEX APPENDICE A. la Malédiction de Durin

la Malédiction de Durin. Il faudra que le monde subisse de grands changements et que s'érige un pouvoir autre que le nôtre avant que les Gens de Durin puissent de nouveau occuper la Moria»

De sorte qu'après Azanulbizar, les Nains une fois encore se dispersèrent de par le monde. Mais tout d'abord, ils dépouillèrent soigneusement leurs morts afin que si les Orques d'aventure revenaient, ils ne puissent trouver rien, là, à usage de butin, ni cottes de mailles, ni arme aucune. On dit que chaque Nain quitta le champ de bataille, courbé sous un lourd fardeau. Ils construisirent ensuite de nombreux bûchers et ballèrent les corps de tous leurs parents, et on abattit quantité d'arbres dans la vallée qui devait demeurer dénudée à jamais. Et d'aussi loin que la Lorien, on put percevoir l'âcre fumée du grand brasier (Traiter ainsi les morts faisait grand-peine aux Nains car c'était contre tous leurs usages. Mais il aurait fallu de nombreuses années pour leur ménager une sépulture coutumière, car ils avaient pour loi de déposer leurs morts, non point dans la terre, mais seulement dans la pierre. Aussi choisirent-ils le feu, plutôt que d'abandonner leurs proches aux bêtes ou aux oiseaux de proie ou aux Orques dévoreurs de charogne. Mais on honora la mémoire de tous ceux qui périrent à Azanulbizar, et jusqu'à aujourd'hui un Nain dira fièrement, de l'un de ses ancêtres: «C'est un Nain brûlé»).

Lorsque les furieuses flammes furent cendres, les alliés s'en retournèrent dans leur propre pays, et Drain Pied d'Acier ramena le peuple de son père aux Monts du Fer. Là, face au grand pieu où était fichée la tête de l'ennemi, Thràin dit à Thorin Oakenshield: «Certains trouveront cette tête bien cher payée! Pour elle, nous avons donné rien de moins que notre royaume. T'en retourneras-tu avec moi à la forge? Ou iras-tu mendier ton pain aux seuils des orgueilleuses demeures?

- A la forge, répondit Thorin, le travail du marteau nous gardera au moins le bras solide, jusqu'à ce que nous ayons à manier de nouveau des outils plus acérés! »



Ainsi Thrâin et Thorin et les quelques partisans qui leur restaient (parmi lesquels se trouvaient Balin et Glôin) revinrent au Pays de Dun, et peu après, ils s'en furent errer en Eriador, jusqu'à ce qu'ils trouvent à s'établir en une terre d'exil, à l'est de l'Ered Luin, au-delà de la Lune. Et durant cette période, la plupart des objets qu'ils forgèrent étaient de fer, et cependant ils prospérèrent plus ou moins, et leur nombre lentement s'accrut (Ils comptaient très peu de femmes parmi eux. Dis, la fille de Thrâin, était là. Elle était la mère de Fili et de Kili, nés dans l'Ered Luin. Thorin n'avait pas de femme). Mais comme l'avait dit Thror, l'Anneau a besoin d'or pour engendrer de l'or, et de l'or, ou de tout autre métal précieux, ils n'en avaient point, ou si peu.

De cet Anneau, on dira seulement quelques mots. Les Nains du Peuple de Durin croyaient qu'Il était le Premier des Sept à avoir été forgé, et ils disaient qu'Il avait été donné au Roi du Khazad-dflm, Durin III, non pas par Sauron, mais par les Forgerons-Elfes eux-mêmes bien que sans nul doute l'Anneau véhiculât le maléfique pouvoir de Sauron qui avait contribué en personne à les façonner, tous les Sept. Mais quiconque possédait l'Anneau n'en faisait pas étalage et n'en parlait point, et rarement s'en départissait sauf à l'article de la mort, si bien que les autres ne savaient pas avec certitude qui en avait reçu la Garde. Certains pensaient qu'Il était resté au Khazad-dûm, au tréfonds des sépultures royales, à supposer qu'on ne les ait point dérangées et pillées, mais parmi les proches de l'Héritier de Durin, on croyait (à tort) que Thror l'avait sur lui lorsqu'il avait eu la témérité de retourner dans la Moria. Et ce qui e était advenu, on l'ignorait, car on ne le trouva pas sur le cadavre d'Azog



Cependant, il se pourrait bien, comme le pensent les Nains à l'heure actuelle que Sauron, par ses ruses artificieuses, soit parvenu à découvrir qui était possession de cet Anneau, le dernier à demeurer libre, et que les malhe singuliers des Héritiers de Durin aient été dus, pour une large part, à maléfices. Car les Nains 's'étaient révélés indomptables par ces moyens-là. SKI eux, les Anneaux avaient pour seul pouvoir d'aviver leur convoitise de l'or e:'' des biens précieux, de telle sorte que s'ils en manquaient, toute chose leur, semblait de maigre profit et saveur, et ils étaient pleins de colère et du désir de' tirer vengeance de ceux qui les en privaient. Mais dés leur venue au monde, il t'appartenaient à une espèce capable de résister obstinément à toute tentative de domination. On pouvait les tuer ou les vaincre, mais non point les réduire l'état d'ombres soumises à la volonté d'autrui, et pour la même raison, leur vie n'était guère affectée par un quelconque Anneau et leur longévité ne s'en, trouvait ni écourtée ni accrue. Et Sauron haïssait d'autant les possesseurs de, l'Anneau, et souhaitait les en déposséder.

Aussi bien est ce peut-être, en partie, la Malignité de l'Anneau qui après quelques années rendit Thràin d'humeur inquiète et chagrine. Toujours le ha" t la convoitise de l'Or. A la fin, ne pouvant plus y résister, il se prit il à pencer à Erebor et résolut de s'y rendre à nouveau. A Thorin, il ne dit mot de ce qui lui tenait à cœur, mais avec Balin et Dwalin et quelques autres, il se leva, fit ses adieux et s'en alla.

On ne sait pas grand chose de ce qu'il advint de lui par la suite. On pense volontiers, à présent, qu'à peine avait-il pris le large, avec ses quelques compagnons, qu'il fut pourchassé par les émissaires de Sauron. Des loups le traquèrent, des Orques le piégèrent, des Oiseaux de malheur offusquèrent son chemin, et plus il poussait vers le nord, plus se multipliaient les funestes incidents. Vint une nuit obscure où lui et ses compagnons erraient dans les régions au-delà de l'Anduin, et une pluie violente les força à chercher refuge sous les frondaisons de la Forêt Noire. Au matin, Thorin n'était plus là, et ses compagnons le hélèrent en vain. Plusieurs jours durant, ils le cherchèrent, mais au bout du compte, abandonnant tout espoir, ils s'en furent retrouver Thorin. Bien longtemps

Le seigneur des anneaux Page 654 sur 698


9566535078337290.html
9566574347674811.html
    PR.RU™